#19 Pièce à vivre

Dans ce solo le quotidien de chaque lieu sert la danse, l’embarque, et soudainement donne voix à la danseuse. Sylvie Guillermin parle, chante, ouvre et ferme des portes, grimpe dans des espaces possibles, escaliers, tables ou fauteuils, coussins et étagères, supports où s’accrocher sans rien casser, sans rien abîmer. Des images défilent sur le mur, des diapositives de vacances, de voyages, de situations...

La pièce - espace de vie et œuvre artistique à la fois - vit, se déplace, se transforme, devient un lieu propice à la création. Car l’acte de création est le moteur ronflant, le détonateur du solo, le thème qui s’accroche au nez, au ventre, aux oreilles, aux bras et jambes. Après 30 ans de chorégraphies intensives, qu’est-ce qui peut le mieux faire sourire, interpeller, remettre en question une chorégraphe si ce n’est l’acte de création lui- même, dans notre monde d’aujourd’hui ?

Ce spectacle interroge la notion de lieu de vie et investit des espaces tels que cuisines, salons, pièces de vie d’appartement ou maison, mais aussi EHPAD, bibliothèques/médiathèques, gîtes, cafés, lieux insolites de la ville ou de la campagne : tout espace intérieur – public ou privé - pouvant rassembler les habitants.

Le fait d’amener le spectacle dans un lieu de vie est
à la fois une démarche de création mais aussi de sensibilisation. Si l’habitant ou la structure offre la clé de son lieu, on lui offre en retour des clés de lecture sur la fabrication artistique.

Dépasser la limite entre le lieu intime de l’artiste (la salle de répétition), et le lieu intime de l’habitant, est une prise de risque : comment retrouver des repères, dans chaque espace proposé et comment rebondir sur l’intimité du « chez-soi » pour enrichir le spectacle ?

Une part du quotidien influence la représentation qui, à son tour, permet de construire un positionnement politique de l’artiste dans la société. C’est cette tension entre l’intime et le public, l’individu et l’ensemble, qui nourrit la pièce. Cette démarche permet au spectacle de continuer à se modeler sur chaque nouvel espace traversé, à s’immiscer du vécu de chaque nouvel hôte, à se transformer à chaque nouvelle représentation.

Direction artistique et interprétation : Sylvie Guillermin | Création musicale : Arash Sarkechik, Smadj | Costumes et décors : Catherine Béchetoille | Création lumières et vidéo :
Julien Huraux | Son : Thibaud Grimonet | Accompagnement artistique : Serge Pauthe, Fanny Chiressi, Déborah Salmirs

Une production Association Poétiques Industries / Cie Sylvie Guillermin | En coproduction avec : Le Grand Angle, Pays Voironnais (38), Espace Paul Jargot / Ville de Crolles (38), Travail & Culture, Saint-Maurice l’Exil (38) | Avec le soutien de : Ville de Grenoble, Département de l’Isère, SPEDIDAM | Mécénat : Double DS Lost and Foundation | Remerciements : l’EHPAD Les Solambres, La Terrasse (38) / Le Polaris, Corbas (69) / La Rampe, Échirolles (38) / la ville de Beaurepaire (38) / l’association Carcara / l’association AFEV et les Kapseurs et Kapseuses de Grenoble (38) / l’École Le Marronnier, Bourg d’Oisans (38).